Elle affirme avoir attendu la fin de l’élection présidentielle pour prendre la parole. « Je voulais un règlement à l’amiable, si j’avais cherché le conflit et la revanche, je l’aurais fait pendant la campagne », dit-elle. Marie-Sophie Boumard, ancienne attachée de presse du groupe Europe des nations et des libertés (ENL – extrême droite) au Parlement européen, présidé par Marine Le Pen, veut faire valoir son cas de manière publique.