SYNDICATS: UN PRESIDENT PLUS SOCIAL QUE PREVU...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SYNDICATS: UN PRESIDENT PLUS SOCIAL QUE PREVU...

Message par frenchie07F le Ven 26 Mai 2017 - 18:09

Sur le social, un président pas si vertical
Sur la réforme du code du travail, Emmanuel Macron avait promis d’aller vite. Mardi 23 et mercredi 24 mai, une semaine après la nomination du gouvernement d’Edouard Philippe, le président de la République a rencontré plusieurs responsables syndicaux, dont les inquiétudes étaient palpables. Avant de s’entretenir avec le chef de l’Etat, Philippe Martinez (CGT) avait déclaré que la méthode que voulait adopter M. Macron – la gouvernance par ordonnances – n’était « pas la bonne ».
La dimension « jupitérienne » – comprendre impérieuse, verticale – que le président de la République entend incarner ne semble pas incompatible avec une volonté de dialogue. Si les désaccords ne manquent pas, plusieurs partenaires sociaux ont vu certaines de leurs craintes dissipées. Jean-Claude Mailly (FO) a ainsi perçu qu’il pouvait exister « des marges de manœuvre ».
Mais pour mener à bien sa « transformation en profondeur » du code du travail, il faut d’abord que le chef de l’Etat s’assure d’une majorité à l’Assemblée nationale. Sans quoi il lui sera fort difficile de faire voter une loi d’habilitation, qui lui permet le recours aux ordonnances.
Par Alexis Duvalpresidentielle2017@lemonde.fr


[size=32]Une première séquence diplomatique chargée

[/size]

Donald Trump et Emmanuel Macron ont échangé une longue et virile poignée de main, à l’ambassade des Etats-Unis en Belgique, à Bruxelles, le 25 mai. EVAN VUCCI/AP
« You were my guy » (« vous étiez mon choix »). Même Donald Trump y est allé de son bon mot à l’endroit d’Emmanuel Macron, lors du mini-sommet de l’OTAN organisé à Bruxelles jeudi 25 mai. Si le président de la République ne bénéficie pas d’un état de grâce au niveau national, il est auréolé d’une popularité certaine sur la scène internationale, en particulier de la part des dirigeants européens. Après une visite éclair à Berlin le 15 mai, au lendemain de son intronisation, le président français doit assister à une réunion du G7 à Taormine (Italie) vendredi 25 et samedi 26 mai. Le prochain test diplomatique sera la rencontre, à Versailles, lundi 28, avec le président russe, Vladimir Poutine.


Sécurité Emmanuel Macron veut prolonger l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre. En juillet, le gouvernement soumettra au Parlement un projet de loi qui permettra de renouveler ce régime d’exception instauré après les attentats de novembre 2015.
Favoritisme Le ministre de la cohésion des territoires, Richard Ferrand, fait l’objet de révélations dans l’édition du Canard enchaîné du 24 mai concernant une affaire immobilière. Directeur général des Mutuelles de Bretagne de 1998 à 2012, il avait loué à sa femme des locaux à Brest pour y loger un centre de soins, géré par son entreprise.
Médias La République en marche dépose un recours au Conseil supérieur de l’audiovisuel au sujet des clips de campagne. Le mouvement d’Emmanuel Macron a disposé de moins de temps de diffusion que ses adversaires lors de la campagne pour les législatives.


Chef de file de la campagne de la droite pour les élections législatives, François Baroin (à droite) tente de ressouder son parti. Le 23 mai, il assistait à un meeting à Jonage (Rhône) avec Bernard Accoyer, Natacha Bouchart, Laurent Wauquiez et Christian Jacob. (Photo : Olivier Laban-Mattei/MYOP pour « Le Monde »)



[size=40]7 882[/size]

C’est le nombre de candidats aux élections législatives, qui se dérouleront les 11 et 18 juin.


...ENFIN...ELAGUER C' EST FAIT.... ALORS ...EN MARCHE ENSEMBLE...
avatar
frenchie07F

Messages : 12082
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: SYNDICATS: UN PRESIDENT PLUS SOCIAL QUE PREVU...

Message par ledevois le Ven 26 Mai 2017 - 19:26

frenchie07F a écrit:
Sur le social, un président pas si vertical
Sur la réforme du code du travail, Emmanuel Macron avait promis d’aller vite. Mardi 23 et mercredi 24 mai, une semaine après la nomination du gouvernement d’Edouard Philippe, le président de la République a rencontré plusieurs responsables syndicaux, dont les inquiétudes étaient palpables. Avant de s’entretenir avec le chef de l’Etat, Philippe Martinez (CGT) avait déclaré que la méthode que voulait adopter M. Macron – la gouvernance par ordonnances – n’était « pas la bonne ».
La dimension « jupitérienne » – comprendre impérieuse, verticale – que le président de la République entend incarner ne semble pas incompatible avec une volonté de dialogue. Si les désaccords ne manquent pas, plusieurs partenaires sociaux ont vu certaines de leurs craintes dissipées. Jean-Claude Mailly (FO) a ainsi perçu qu’il pouvait exister « des marges de manœuvre ».
Mais pour mener à bien sa « transformation en profondeur » du code du travail, il faut d’abord que le chef de l’Etat s’assure d’une majorité à l’Assemblée nationale. Sans quoi il lui sera fort difficile de faire voter une loi d’habilitation, qui lui permet le recours aux ordonnances.
Par Alexis Duvalpresidentielle2017@lemonde.fr






[size=32]Une première séquence diplomatique chargée


[/size]

Donald Trump et Emmanuel Macron ont échangé une longue et virile poignée de main, à l’ambassade des Etats-Unis en Belgique, à Bruxelles, le 25 mai. EVAN VUCCI/AP
« You were my guy » (« vous étiez mon choix »). Même Donald Trump y est allé de son bon mot à l’endroit d’Emmanuel Macron, lors du mini-sommet de l’OTAN organisé à Bruxelles jeudi 25 mai. Si le président de la République ne bénéficie pas d’un état de grâce au niveau national, il est auréolé d’une popularité certaine sur la scène internationale, en particulier de la part des dirigeants européens. Après une visite éclair à Berlin le 15 mai, au lendemain de son intronisation, le président français doit assister à une réunion du G7 à Taormine (Italie) vendredi 25 et samedi 26 mai. Le prochain test diplomatique sera la rencontre, à Versailles, lundi 28, avec le président russe, Vladimir Poutine.








Sécurité Emmanuel Macron veut prolonger l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre. En juillet, le gouvernement soumettra au Parlement un projet de loi qui permettra de renouveler ce régime d’exception instauré après les attentats de novembre 2015.
Favoritisme Le ministre de la cohésion des territoires, Richard Ferrand, fait l’objet de révélations dans l’édition du Canard enchaîné du 24 mai concernant une affaire immobilière. Directeur général des Mutuelles de Bretagne de 1998 à 2012, il avait loué à sa femme des locaux à Brest pour y loger un centre de soins, géré par son entreprise.
Médias La République en marche dépose un recours au Conseil supérieur de l’audiovisuel au sujet des clips de campagne. Le mouvement d’Emmanuel Macron a disposé de moins de temps de diffusion que ses adversaires lors de la campagne pour les législatives.
 



Chef de file de la campagne de la droite pour les élections législatives, François Baroin (à droite) tente de ressouder son parti. Le 23 mai, il assistait à un meeting à Jonage (Rhône) avec Bernard Accoyer, Natacha Bouchart, Laurent Wauquiez et Christian Jacob. (Photo : Olivier Laban-Mattei/MYOP pour « Le Monde »)



[size=40]7 882[/size]



C’est le nombre de candidats aux élections législatives, qui se dérouleront les 11 et 18 juin.



 Cela va devenir de plus en plus difficile de faire du social en France


François Hollande : répondant à l’objection « ça coûte très cher » d’un journaliste : « non, c’est l’État qui paye » (TF1 01/16)
avatar
ledevois

Messages : 4873
Date d'inscription : 19/06/2015
Age : 77
Localisation : les Cévennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: SYNDICATS: UN PRESIDENT PLUS SOCIAL QUE PREVU...

Message par frenchie07F le Ven 26 Mai 2017 - 21:10

A EGALITE et EQUITE PRESQUE PARFAITE...

LE SOCIAL SERA LE BENEVOLAT et LE RESPECTDE L' AUTRE...

Alors Ledev va encore me répondre que je rêve...là je suis d' accord...je rêve à 100%


...ENFIN...ELAGUER C' EST FAIT.... ALORS ...EN MARCHE ENSEMBLE...
avatar
frenchie07F

Messages : 12082
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: SYNDICATS: UN PRESIDENT PLUS SOCIAL QUE PREVU...

Message par ledevois le Sam 27 Mai 2017 - 6:36

frenchie07F a écrit:A EGALITE et EQUITE PRESQUE PARFAITE...

LE SOCIAL SERA LE BENEVOLAT et LE RESPECTDE L' AUTRE...

Alors Ledev va encore me répondre que je rêve...là je suis d' accord...je rêve à 100%

 bien sur que tu rêve quand ceux qui peuvent payer migre vers d'autres pays plus clément ---


François Hollande : répondant à l’objection « ça coûte très cher » d’un journaliste : « non, c’est l’État qui paye » (TF1 01/16)
avatar
ledevois

Messages : 4873
Date d'inscription : 19/06/2015
Age : 77
Localisation : les Cévennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: SYNDICATS: UN PRESIDENT PLUS SOCIAL QUE PREVU...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum