En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Babouviste le Lun 17 Avr 2017 - 8:42

En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Si, légalement, le président peut et va mettre en œuvre sa réforme constitutionnelle, sa légitimité est sérieusement écornée par le résultat du vote.

LE MONDE

C’est une victoire étroite, lourde d’inconnues, que celle remportée par Recep Tayyip Erdogan dimanche 16 avril lors du référendum destiné à instaurer une « hyperprésidence », donnant au chef de l’Etat des pouvoirs sans précédent, lui permettant de contrôler l’exécutif mais aussi très largement le législatif et le judiciaire. Le oui l’a emporté avec 51,3 % des suffrages, selon des résultats non encore définitifs. Loin du plébiscite escompté il y a encore quelques mois par celui que ses partisans appellent « reis » – le chef – et qui se sentait renforcé après l’échec du coup d’état militaire de juillet 2016. Près de 25 millions d’électeurs turcs ont voté pour les dix-huit amendements à la Constitution, soit 1,5 million de plus que ceux qui les ont rejetés.


S’adressant à plusieurs centaines de ses supporteurs réunis devant son palais de Tarabya, sur la rive européenne du Bosphore, M. Erdogan a évoqué une « victoire historique » en insistant sur le rôle « décisif » du vote des Turcs de l’étranger. « Le 16 avril est une victoire pour la Turquie pour ceux qui ont voté oui et pour ceux qui ont voté non », a-t-il clamé.

« Le pays a pris une décision historique », s’est félicité le chef de l’Etat tout en mettant en garde tous ceux qui contesteraient le résultat de la consultation. « Tout le monde devrait respecter la décision de notre nation, en particulier nos alliés », a-t-il insisté alors que les Européens n’ont pas caché leurs inquiétudes sur une réforme constitutionnelle qui remet en cause nombre des principes de l’Etat de droit et notamment la séparation des pouvoirs.

Les divisions internes accrues


Le caractère pour le moins étriqué de la victoire du oui représente un véritable camouflet pour l’homme fort de la Turquie. Le non gagne en effet dans les grandes villes du pays, à commencer par Istanbul, dont M. Erdogan fut le maire, et Ankara. C’est un signal fort car ces deux villes votent majoritairement depuis 1994 pour les partis islamistes, d’abord le Refah (Parti de la prospérité, interdit en 1998) et depuis 2002 pour l’AKP (Parti de la justice et du développement).

Les habitants de plusieurs quartiers d’Istanbul acquis au non – entre autres à Besiktas, du côté européen du Bosphore, à Kadikoy et à Maltepe, côté asiatique – sont descendus dans la rue pour protester contre la victoire proclamée de M. Erdogan. A Sisli et à Cihangir, d’autres partisans du non se sont livrés à un concert de casseroles depuis leurs fenêtres et leurs balcons, peu après la tombée des résultats.

Ce retournement représente un avertissement pour le leader de l’AKP, qui disposait déjà d’un pouvoir sans équivalent depuis Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la République turque. L’AKP et le MHP – le parti de la droite ultranationaliste dont le leader, Devlet Bahceli, appelait aussi à voter oui – représentaient lors des scrutins de novembre 2015 63 % des électeurs d’Ankara et 62 % de ceux d’Istanbul. A peine 48 % des électeurs de ces deux métropoles ont voté pour le oui, soit une perte de plus de 10 points. Au sein même de l’AKP, cette concentration du pouvoir entre les mains d’un seul homme suscitait une réelle inquiétude.

Le référendum a accru les divisions du pays et la polarisation toujours plus extrême entre partisans et adversaires de M. Erdogan. « Il a gagné officiellement mais il a perdu politiquement », relève l’universitaire Ahmet Insel, directeur de la prestigieuse revue Birikim. Si légalement le président peut et va mettre en œuvre sa réforme constitutionnelle, sa légitimité est sérieusement écornée par le résultat du vote. « Une réforme d’une telle ampleur qui bouleverse les fondamentaux de la république ne peut s’appuyer sur une si courte majorité, de surcroît contestée », relevait sur les ondes de CNN Türk Murat Yetkin, directeur du quotidien Hurriyet Daily News.

La « légitimité du vote » en cause


L’étroitesse de la victoire du oui attise les polémiques sur les irrégularités du scrutin de la part de l’opposition, le CHP (Parti républicain du peuple, laïque) et le HDP (Parti démocratique des peuples, pro-kurde). Le CHP, la principale force de l’opposition, a annoncé qu’il allait demander un nouveau décompte de la moitié des bulletins en dénonçant des « actes illégaux ». La controverse porte sur les bulletins de vote non tamponnés par les scrutateurs présents dans les bureaux.

Quand le décompte a commencé, la Haute Commission électorale (YSK) a fait savoir que les bulletins dépourvus de tampons seraient considérés comme valides, contrairement à ce qui prévalait jusqu’ici. Cette décision, véritable entorse à la pratique habituelle, a été prise « à la demande de représentants de l’AKP », a précisé Sadi Güven, le président de la YSK. « Plus d’un million et demi de votes douteux ont ainsi été validés », a accusé Erdal Aksunger, un des vice-présidents du CHP. « Celui qui a pris le cheval est déjà parti », a lancé M. Erdogan, laissant entendre, par le biais de ce proverbe populaire, qu’il était trop tard pour contester quoi que ce soit.

Dans le sud-est du pays, à majorité kurde, et notamment dans les bastions historiques du Parti démocratique des peuples (HDP), le non l’emporte sans surprise mais sans éclat avec des scores contrastés, allant selon les provinces de 57,2 % à 72,6 % des voix.

Le scrutin de dimanche intervient après une série de bouleversements majeurs dont le mouvement kurde ne s’est pas relevé. En deux ans, il a eu à subir l’échec des guérillas urbaines menées par sa branche armée, qui s’est prolongé par la destruction ou la mise sous coupe réglée par les forces de sécurité de villes qui lui étaient acquises, des vagues d’arrestations massives au sein de son encadrement, l’emprisonnement du leader du HDP, le très populaire Selahattin Demirtas, et la perte de 80 des 102 municipalités kurdes dont il s’était emparé par les urnes au profit d’administrateurs nommés par l’Etat.

Vers un rétablissement de la peine de mort ?


Malgré ce contexte défavorable et une campagne qui n’a pas été menée à armes égales contre le camp du oui, la carte du non dans le sud-est dessine encore un territoire cohérent, à majorité kurde. « La victoire du non dans des régions kurdes montre qu’elles conservent leur identité politique, que nous existons en tant que Kurdes et que le changement constitutionnel n’est pas légitime », estime Osman Baydemir, porte-parole du HDP, ancien maire de Diyarbakir, la capitale officieuse des Kurdes de Turquie.

Cependant, le rejet du projet constitutionnel ne se confond pas avec un vote d’adhésion pour le HDP et la persistance d’une enclave kurde hostile au pouvoir ne vaut pas sécession. Au sein même de cette zone et bien que la mesure des irrégularités qui ont entaché le scrutin ne soit pas encore connue, les scores du non restent inférieurs à ceux obtenus par le HDP lors des élections de novembre 2015.
Si M. Erdogan gagne, il n’en est pas moins politiquement affaibli, y compris sur la scène internationale. La campagne électorale a fortement dégradé les relations entre le président turc et plusieurs dirigeants européens, dont la chancelière allemande Angela Merkel, qu’il a accusée de « pratiques nazies » pour avoir refusé aux officiels d’Ankara de mener campagne dans son pays. Et il relance le défi.


Face à la foule de ses partisans qui à Istanbul scandait des slogans en faveur de la peine de mort, le président turc, accompagné par sa femme, Emine, a promis de « discuter au plus vite de ce sujet avec le premier ministre [Binali Yildirim] ». « Nous pourrions organiser un référendum », a-t-il lancé. Le retour en vigueur de la peine capitale en Turquie donnerait le coup de grâce au processus d’adhésion à l’Union européenne, déjà plongé dans un coma irréversible.


Un constat que je fais. Les grandes villes ont voté OUI comme pour Trump aux States comme pour le FN en France.


Les gens des campagnes se sentiraient ils moins écoutées que les gens des villes ?


Seraient ils plus réactionnaires ?


Seraient ils plus détachés du pouvoir concentré par les grandes villes ?

Il ne manque plus que le choix du vote pour la peine de mort qui fermerait définitivement les portes de l'UE.


" La politique est l’art d’obtenir de l’argent des riches et des suffrages des pauvres, sous prétexte de les protéger les uns des autres. "

Jules Michelet.

" Ne laissez jamais les autorités médicales ou les politiciens vous tromper. Constatez les faits et décidez vous-mêmes comment vivre une vie heureuse et comment édifier un monde meilleur "

Linus Pauling.
avatar
Babouviste

Messages : 11812
Date d'inscription : 07/09/2011
Localisation : Regarde derrière toi !

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Keltys le Lun 17 Avr 2017 - 10:04

Je crois que les grandes villes ont plutôt vote NON dans ces cas la
avatar
Keltys

Messages : 3696
Date d'inscription : 07/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Keltys le Lun 17 Avr 2017 - 10:14

Si on a Le Pen où Mélenchon comme président, on a de grandes chances de finir comme la Turquie
avatar
Keltys

Messages : 3696
Date d'inscription : 07/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Babouviste le Lun 17 Avr 2017 - 10:32

Keltys a écrit:Je crois que les grandes villes ont plutôt vote NON dans ces cas la

Oui. ^^




" La politique est l’art d’obtenir de l’argent des riches et des suffrages des pauvres, sous prétexte de les protéger les uns des autres. "

Jules Michelet.

" Ne laissez jamais les autorités médicales ou les politiciens vous tromper. Constatez les faits et décidez vous-mêmes comment vivre une vie heureuse et comment édifier un monde meilleur "

Linus Pauling.
avatar
Babouviste

Messages : 11812
Date d'inscription : 07/09/2011
Localisation : Regarde derrière toi !

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Nadou le Lun 17 Avr 2017 - 10:35

Les habitants des campagne se sentent délaissés, perdent leurs services publics, voient les pbs de la société par le prisme de leur télé : les banlieues par exemple.
Mais les plus de 70 ans continuent de voter Fillon.


Pour la Turquie ... quelle tristesse de se donner pour avenir une dictature.


Je suis responsable de ce que je dis, pas de ce que tu comprends.
avatar
Nadou

Messages : 24013
Date d'inscription : 06/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Babouviste le Lun 17 Avr 2017 - 10:55

C'est ce qu'on a pu voir pour le FN en France. Il a cartonné en score dans des villages notamment en Alsace où aucun "bronzés" et augmentation de l'insécurité a pu guider dans ce choix.


Les gens ne se sentent plus représentés par le pouvoir central parisien.


" La politique est l’art d’obtenir de l’argent des riches et des suffrages des pauvres, sous prétexte de les protéger les uns des autres. "

Jules Michelet.

" Ne laissez jamais les autorités médicales ou les politiciens vous tromper. Constatez les faits et décidez vous-mêmes comment vivre une vie heureuse et comment édifier un monde meilleur "

Linus Pauling.
avatar
Babouviste

Messages : 11812
Date d'inscription : 07/09/2011
Localisation : Regarde derrière toi !

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Caïman13 le Lun 17 Avr 2017 - 11:05

Allons nous perdre cette manie que nous avons de vouloir comparer tous les pays du monde à notre système démocratique ?
La Turquie n'est pas la France, les Pays-Bas ou l'Allemagne !
Elle a été depuis l'antiquité sous la direction de dictateurs plus ou moins autoritaires, dont Ataturk fut certainement le moins féroce dans ses tentatives de vouloir faire de la Turquie un pays "européen"...
"L'empire Ottoman" et ce n'est pas une vision de l'esprit a toujours été en opposition avec l'Occident judéo-chrétien ou greco-latin. Ne l'oublions jamais !
avatar
Caïman13

Messages : 475
Date d'inscription : 23/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Keltys le Lun 17 Avr 2017 - 11:16

Caïman13 a écrit:Allons nous perdre cette manie que nous avons de vouloir comparer tous les pays du monde à notre système démocratique ?
La Turquie n'est pas la France, les Pays-Bas ou l'Allemagne !
Elle a été depuis l'antiquité sous la direction de dictateurs plus ou moins autoritaires, dont Ataturk fut certainement le moins féroce dans ses tentatives de vouloir faire de la Turquie un pays "européen"...
"L'empire Ottoman" et ce n'est pas une vision de l'esprit a toujours été en opposition avec l'Occident judéo-chrétien ou greco-latin. Ne l'oublions jamais !

Peut être parce que notre système démocratique est en danger quand tu as 2 candidats qui vénèrent des dictateurs qui ont une chance d'être notre futur président
avatar
Keltys

Messages : 3696
Date d'inscription : 07/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par frenchie07F le Lun 17 Avr 2017 - 12:03

Extrait:
""" par Nadou Aujourd'hui à 10:35


Les habitants des campagne se sentent délaissés, perdent leurs services publics, voient les pbs de la société par le prisme de leur télé : les banlieues par exemple.
Mais les plus de 70 ans continuent de voter Fillon."""

COMMENT SONT-ILS BOUCHES A CE POINT ALORS QUE C' EST FILLON QUI A DONNE LES ORDRES POUR LA DESERTIFICATION?
A MOINS QU' ILS PREFERENT QUE L' ON CONTINUE A FAIRE DES DESERTS DE LEURS CAMPAGNES????
SE RENDENT-ILS AU MOINS COMPTE QU' ON LEUR JOUE DU VIOLON ...ILS ONT QUAND MÊME DES ENFANTS ...
C' EST AUSSI A LEURS ENFANTS DE LEUR OUVRIR LES YEUX...


LES ULTRA-LIBERAUX MAFIEUX NOUS IMPOSENT D' ËTRE TRES VIGILANTS...
                                                                                                                              ...N' HESITONS PAS A ALERTER DE SUITE...
avatar
frenchie07F

Messages : 11525
Date d'inscription : 27/09/2011
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Nadou le Lun 17 Avr 2017 - 13:58

frenchie07F a écrit:Extrait:
""" par Nadou Aujourd'hui à 10:35


Les habitants des campagne se sentent délaissés, perdent leurs services publics, voient les pbs de la société par le prisme de leur télé : les banlieues par exemple.
Mais les plus de 70 ans continuent de voter Fillon."""

COMMENT SONT-ILS BOUCHES A CE POINT ALORS QUE C' EST FILLON QUI A DONNE LES ORDRES POUR LA DESERTIFICATION?
A MOINS QU' ILS PREFERENT QUE L' ON CONTINUE A FAIRE DES DESERTS DE LEURS CAMPAGNES????
SE RENDENT-ILS AU MOINS COMPTE QU' ON LEUR JOUE DU VIOLON ...ILS ONT QUAND MÊME DES ENFANTS ...
C' EST AUSSI A LEURS ENFANTS DE LEUR OUVRIR LES YEUX...

Les anciens n'aiment pas qu'on révise leurs valeurs : la discipline, l'ordre, le catholicisme, la vertu ( oui on se pince avec Fillon ) ils ont encore souvenir des jeunes qui leur ont fait peur en 1968 en contredisant de Gaulle.
C'est vrai que la droite sarkoziste les a dépouillés de fonctionnaires et de services publics. Paradoxe.


Je suis responsable de ce que je dis, pas de ce que tu comprends.
avatar
Nadou

Messages : 24013
Date d'inscription : 06/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Caïman13 le Lun 17 Avr 2017 - 14:14

Les fonctionnaires ? Y'en a trop ! Ils sont improductifs ! Alors bien sur je ne parle pas des policiers, des infirmières ou des facteurs. Me faites pas dire ce que je ne dis pas !
avatar
Caïman13

Messages : 475
Date d'inscription : 23/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Nadou le Lun 17 Avr 2017 - 14:59

Caïman13 a écrit:Les fonctionnaires ? Y'en a trop ! Ils sont improductifs ! Alors bien sur je ne parle pas des policiers, des infirmières ou des facteurs. Me faites pas dire ce que je ne dis pas !

Quand dans son village, on voit partir son école, et dans le bourg d'à côté sa poste et sa perception ... on éprouve du ressentiment.


Je suis responsable de ce que je dis, pas de ce que tu comprends.
avatar
Nadou

Messages : 24013
Date d'inscription : 06/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: En Turquie, une victoire étriquée du oui sous forme de camouflet pour Erdogan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum