En 1995, Jacques Chirac avait reconnu la responsabilité de la France dans cette rafle ayant conduit à l'arrestation de 13.000 juifs en 1942.