Dans un livre paru mercredi, Jean-Pierre Zablot raconte ses journées-type, à rallonge selon lui, sans "vacances" ni "week-end", de "l'esclavage moderne", le tout pour 2.000 euros mensuels, payés "au noir".